En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

Un vaste réseau usurpe l’identité du groupe américain COSTCO et s’en prend aux PME européennes

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Costco France et des PME européennes victimes d’une vaste escroquerie
Costco est le créateur américain des « Clubs-Entrepôts », près de 800 magasins à bas prix
dont plus de 30 en Europe. Ils s’adressent aux entreprises comme aux particuliers.

Plusieurs entreprises européennes ont été victimes d’arnaques de la part d’un groupe d’individus usurpant l’identité de responsables du semi-grossiste américain COSTCO.

Alors que ce géant américain, deuxième distributeur mondial derrière Walmart, s’installe en France depuis 2017, un réseau d’escrocs profite de l‘engouement de certains professionnels pour réaliser des arnaques à la commande. Depuis près de deux ans, plusieurs dizaines de PME européennes auraient été touchées à l’aide d’un scénario bien rôdé.

Des réseaux toujours plus professionnels

En usurpant l’identité du directeur des achats ou d’autres responsables de COSTCO France, les escrocs passent commande de marchandises auprès de fournisseurs, tout en faisant miroiter la possibilité de partenariats de long terme. Tout est pensé pour rendre l’échange crédible : vraies photos des responsables obtenues sur Linkedin, obtention de Kbis sur Infogreffe, bons de commandes tamponnés etc. Une fois la cible appâtée et le bon de commande passé, la livraison est effectuée, le plus souvent dans des entrepôts loués pour la journée au Royaume-Uni.

Une fois les cargaisons disparues, et constatant l’absence de paiement, les entreprises flouées contactent généralement le grossiste américain qui a désormais pris pour habitude d’engager des procédures judiciaires aux côtés des PME. Pour tenter d’éviter une multiplication des cas, des messages de mise en garde ont même été publiés sur le site internet du groupe.

Impuissance policière et judiciaire

En dépit des plaintes déposées, le réseau n’aurait pas encore été arrêté. La difficulté majeure est de coordonner et d’allouer des ressources de police sur les différents pays dans lesquels s’est déroulée l’arnaque. Les bons de commandes émanent d’une société française, tandis que la livraison a lieu au Royaume-Uni et que l’entreprise arnaquée est souvent enregistrée dans un troisième pays.

Selon le Monde, certaines victimes auraient subi des préjudices s’élevant jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros. Cheminées décoratives au bio éthanol, alcools, huile d’olive, produits de luxe, les marchandises sont diverses et aucun secteur ne semble à l’abri. Récemment, à la faveur de la crise sanitaire, plusieurs industriels de la santé ont été ciblés.

Prendre les devants grâce à l’identification des tiers

Fin mars, une entreprise allemande commercialisant des produits de nettoyage pour les mains a évité de justesse la perte de deux semi-remorques de marchandise. Alors que la commande était sur le point d’être actée, un collaborateur allemand a constaté d’un jour sur l’autre une modification des coordonnées des interlocuteurs. Un détail infime, mais qui a éveillé les soupçons et poussé l’entreprise à contacter COSTCO France. L’escroquerie de plusieurs centaines de milliers d’euros a ainsi pu être évitée.

Face au double constat de la professionnalisation constante des arnaques, et de l’impossibilité pour les autorités de contenir l’ensemble des réseaux agissant, il apparait aujourd’hui nécessaire pour les entreprises de prendre les devants. Avant d’établir toute nouvelle relation commerciale, il est essentiel de s’assurer de la fiabilité des interlocuteurs comme de l’entité qu’ils représentent. Le service d’évaluation de tiers SKAN1 permet ainsi d’obtenir des éléments d’information factuels et probants concernant le profil de dirigeants ou d’organisations, établis en France ou à l’étranger.

Lire aussi : Coronavirus : le grossiste-répartiteur CERP Rouen victime d’une escroquerie pour 6,6 M€

SOURCE :


Le baiser de judas contentieux mission skan-investigation pme concurrence deloyale client

Découvrez un exemple de mission traité par SKAN1

Le baiser de Judas

Une PME française est victime de manœuvres déloyales : l’un de ses anciens collaborateurs s’attaque à son fichier clients et dénigre ses opérations. Notre solution SKAN-INVESTIGATION permet de recueillir des éléments factuels et probants en vue d’un référé.

Découvrir le résultat des investigations


"SKAN1.fr accompagne toutes les entreprises pour leur permettre d’apprécier les opportunités, mais aussi les menaces liées à leur environnement d’affaires et de réduire les risques de non-conformité en cas de contrôle de l’AFA."

Nous vous conseillons aussi

Mots clés

Avertissement

Le contenu de cette publication n’est fourni qu’à titre de référence. Il est à jour à la date de publication. Ce contenu ne constitue pas un avis juridique et ne doit pas être considéré comme tel. Vous devriez toujours obtenir des conseils juridiques au sujet de votre situation particulière avant de prendre toute mesure fondée sur la présente publication.