En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

La corruption coûte chaque année 1 000 milliards de dollars en recettes fiscales à l’échelle mondiale selon le FMI

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Fiscal Monitor lutte corruption perte 1000 milliard dollars recette fiscale mondiale
Press Briefing – Fiscal Monitor 2019 – FMI

La lutte contre la corruption pourrait générer environ 1 trillion de dollars (760,23 milliards de livres sterling) de recettes fiscales supplémentaires chaque année dans le monde, selon des recherches du Fonds Monétaire International (FMI).

« Moins de corruption signifie moins de pertes de revenus et moins de gaspillage dans les dépenses, et une meilleure qualité de l’éducation publique et de l’infrastructure « , indique le rapport.

En effet, plus le niveau de corruption est faible, plus les recettes fiscales sont fortes. Les données montrent que cette tendance peut-être observée dans les pays développés, les pays émergents et les pays à faible revenu.

« Parmi les économies avancées, un pays qui se situe dans le 1er quartile en termes de contrôle de la corruption perçoit en moyenne 4,5 % du PIB de plus en recettes qu’un pays qui se situe dans le dernier quartile. L’écart dans la collecte des recettes fiscales est de 2,75 % du PIB dans les économies de marché émergentes, et de 4 % du PIB dans les pays à faible revenu », souligne le rapport.


La transparence et une presse libre sont des facteurs-clés

Des études antérieures ont montré que les industries extractives comme l’extraction minière et le forage pétrolier sont des foyers de corruption, tout comme les marchés publics et l’administration des entreprises publiques. Le FMI met l’accent sur la transparence et le contrôle en tant qu’éléments clés de la lutte contre la corruption dans ces domaines, avec une presse forte et libre comme catalyseur.

« Nous nous attendions à ce que la transparence aille de pair avec de bons résultats budgétaires, mais ce qui nous a surpris, c’est que l’effet de la transparence est beaucoup plus fort dans les pays qui ont une presse libre ou une société civile forte », a déclaré Paolo Mauro, directeur adjoint du département des affaires fiscales du FMI. « Et quand vous avez ces deux-là ensemble, l’effet est encore plus fort. » insiste-t-il.

La professionnalisation et la technologie pour accélérer le mouvement

Entre autres recommandations pour lutter contre la corruption, le Fonds préconise la professionnalisation de la fonction publique, y compris l’embauche fondée sur le mérite, ainsi que la nécessité de règles fiscales et de codes d’entreprise simples pour limiter au maximum la tentation des pots-de-vin.
Le rapport recommande également des technologies permettant de lutter contre la corruption. Par exemple, la mise en ligne (sur Internet- ndlr) des marchés publics et l’utilisation de l’e-procurement sont considérés comme des outils rapides et peu coûteux à mettre en place pour renforcer l’arsenal de lutte contre la corruption.
Le Chili et la Corée du Sud sont cités comme des exemples de l’efficacité des marchés publics électroniques, tandis que le Rwanda et la Géorgie affichent certaines des plus fortes augmentations de la collecte des recettes par rapport au PIB.

Un enjeu immense

La forte dépendance des pays émergents à l’égard de l’extraction de matières premières pour leur développement économique les incite davantage encore à lutter contre la corruption, avec un enjeu de succès toujours plus important.
Le trillion de dollars de recettes qui pourrait provenir de la taxe sur la valeur ajoutée s’ajouterait alors aux montants évoqués lors d’une étude antérieure selon laquelle la corruption dans le secteur public coûterait entre 1,5 et 2 trillions de dollars par an rien qu’en pots-de-vin.

Lire aussi : Lutte contre le blanchiment des capitaux : 6 pays africains sur la liste des 23 états visés par l’UE

Source : Reuters (ENG), CNBC, FMI,


Mission SKAN1 à Malte : évaluation ou due diligence sur le plan conformité - investigation pour analyser risques réputation, financiers et juridique avec fraude, corruption, escroquerie gouvernance avec un fournisseur

Découvrez un exemple de mission traité par SKAN1

Un écran de fumée

Grâce à la solution d’évaluation SKAN-II, ce client souhaite identifier les bénéficiaires économiques d’un fournisseur à risque et prendre les décisions qui s’imposent sur le terrain de la conformité

Découvrir le résultat des investigations


MOTS CLES

Autres articles sur le même sujet

Alors que le Liban, plongé dans une crise financière, économique, sociale et politique sans précédent encore aggravée par le COVID-19, poursuit son déconfinement progressif,
Afin de lutter contre des tentatives qui peuvent à terme menacer l’attractivité économique d’un pays, de nombreux gouvernements tentent d’endiguer le phénomène.

Exemple de mission M&A

Un LBO en France qui aurait pu mal tourner sans le recours à notre solution d’évaluation SKAN-III particulièrement adaptée à la pratique M&A

> En savoir plus

"SKAN1.fr accompagne toutes les entreprises pour leur permettre d’apprécier les opportunités, mais aussi les menaces liées à leur environnement d’affaires et de réduire les risques de non-conformité en cas de contrôle de l’AFA."