En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

Chine : l’IA anticorruption « Zero Trust » est-elle trop efficace ?

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Zero Trust, intelligence artificielle Chinoise pour détecter des faits de corruption au sein des administrations
Zero Trust -IA anticorruption Chinois

Depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2012, deux sujets sensibles se sont télescopés. Premièrement, l’utilisation de nouvelles technologiques telles que le big data et l’intelligence artificielle (IA) dans les processus administratifs. Ensuite, une volonté affirmée de lutter contre la corruption au sein des institutions gouvernementales à travers son opération « Skynet ». Plus de 1,4 million de membres du parti et d’employés du gouvernement auraient fait l’objet de mesures disciplinaires, y compris des dirigeants comme l’ancien tsar de la sécurité Zhou Yongkang et l’ancien homme fort Chongqing Bo Xilai.

C’est dans ce contexte qu’est né le système anti-corruption « Zero Trust ». Selon le South China Morning Post (SCMN), Il a été conçu et déployé par l’Académie Chinoise des Sciences et les institutions de contrôle interne du Parti Communiste Chinois. Sa mission première consiste à surveiller la vie personnelle des fonctionnaires chinois et évaluer leur travail.

Pour ce faire, 150 bases de données sécurisées exploitées par les administrations centrales et locales, ont été mises à sa disposition. En complément, des agents disciplinaires spécialisés dans ce genre d’enquêtes ont travaillé en étroite collaboration avec les développeurs pour affiner les algorithmes de traitement. Des milliers d’heures ont été nécessaires pour marquer manuellement les phénomènes inhabituels et apprendre à la machine ce qu’il faut rechercher.

Aujourd’hui, « Zero Trust » croise des millions d’informations sensibles, précise le SCMN. Des graphes sophistiqués et complexes, agrégeant plusieurs niveaux de relations sociales, sont réalisés et permettent des analyses comportementales poussées. Par exemple, selon un chercheur du programme ayant échangé avec le SCMN, il est possible de vérifier et d’évaluer la construction d’infrastructures, l’acquisition de terrains ou encore les démolitions de maisons. Mais aussi, de détecter les transferts de propriété suspects, des augmentations inhabituelles de l’épargne bancaire. S’il y a eu un achat d’une nouvelle voiture au nom d’un fonctionnaire ou d’un membre de sa famille, voire d’un ami suite à un contrat gouvernemental, « Zero Trust » produira une alerte qui pourra donner lieu à une enquête ou pas.

Cette alerte est le fruit de calculs algorithmiques savants exploitant des KPI ciblés. Elle évalue la probabilité de l’acte de corruption. Si le score atteint ou dépasse une certaine valeur donnée, alors les autorités sont alertées, explique le SCMN.

L’humain conserve la relation directe avec les fonctionnaires

Cependant, malgré un potentiel avéré des algorithmes et de l’IA pour détecter ces faits de corruption, « Zero Trust » présente une faiblesse majeure. Il ne peut fonctionner sans une collaboration étroite avec les humains, aurait précisé au SCMN un chercheur sous couvert d’anonymat. En effet, l’idée qu’un tel système puisse identifier les personnes à risques sans pouvoir expliquer clairement comment il en est arrivé à une telle conclusion, n’est pas acceptable aux yeux de ceux qui sont placés sous sa surveillance. Les autorités utilisent donc le résultat de la machine comme référence. Il procède ensuite à une enquête afin de vérifier la véracité des faits et enfin, décroche le téléphone pour appeler la personne ciblée. D’après Zhang Yi, un fonctionnaire de la Commission d’inspection disciplinaire du Parti communiste chinois à Ningxiang, l’objectif principal du programme n’est pas de punir les fonctionnaires mais de les « sauver » à un « stade précoce du process de corruption ».

Par prudence, « Zero Trust » a donc été déployé sur un périmètre restreint. Seulement 1% de la superficie administrative totale du pays est concerné, soit 30 comtés et villes. Les gouvernements locaux concernés sont tous situés dans des régions relativement pauvres et isolées, loin des centres du pouvoir politique chinois.

Des résultats probants

D’après le SCMN, 8721 employés du gouvernement ont été arrêtés depuis 2012. Les principales accusations formulées concernent les malversations, les abus de pouvoir, l’utilisation abusive des fonds publics et le népotisme. Enfin, si certains ont été condamnés à des peines d’emprisonnement, la plupart ont été autorisés à garder leur emploi après avoir reçu un avertissement ou une peine mineure.

La résistance s’organise

Malgré cela, certaines administrations locales – dont le comté de Mayang, la ville de Huaihua et le comté de Li au Hunan – ont mis le système hors service, rapporte le SCMN. Selon les chercheurs, certains responsables locaux auraient déclaré qu’ils « pourraient ne pas se sentir très à l’aise avec la nouvelle technologie ». Par ailleurs, des fonctionnaires ont remis en cause le droit d’accès de « Zero Trust » aux bases de données sensibles. Pour eux, il n’existe ni loi ni règlement autorisant un ordinateur ou un robot à le faire.

Enfin, ceux qui l’utilisent encore sont confrontés à d’énormes pressions de la part des administrations locales. D’ici à penser que l’IA anticorruption imaginé par le gouvernement chinois est trop performante, il n’y a qu’un pas, c’est ce que laisse entendre Stephen Chen, l’auteur de l’article.

De manière plus générale, la résistance des représentants du gouvernement à un big bang technologique au cœur de leur administration est un défi majeur pour le gouvernement chinois. D’autant plus qu’il commence à peine à utiliser les nouvelles technologies pour naviguer dans son immense bureaucratie.

C’est pour l’ensemble de ces raisons que les chercheurs en charge de développer « Zero Trust », ne voient que peu ou pas d’espoir de le déployer à l’échelle nationale pour le moment, conclut le SCMN.

Lire aussi : Atténuer le risque de corruption : la hantise grandissante des dirigeants

TABLEAU RATING PAYS

Transparency Corruption Perceptions Index 2018Score : 39/100Corrompu
Basel AML Index 2017Score : 6,53/10Risqué
Country risks assessment by CofaceBEnvironnement des affaires moyen
Country report Euler HermesB2Risques moyens

Mission SKAN1 sur plusieurs pays France, Pologne, Suisse et Malte : évaluation ou due diligence sur le plan contentieux partenaire employé fraude escroquerie - risques financiers et juridique - Sapin 2 FCPA UK Bribery Act

Découvrez un cas similaire traité par SKAN1

Rendez-vous à l’hôtel Suisse

Notre client a recours à la solution d’évaluation SKAN-III pour confondre des dirigeants de filiale soupçonnés de fraude à la surfacturation avec des fournisseurs

Découvrir le résultat des investigations


AVERTISSEMENT

Le contenu de cette publication n’est fourni qu’à titre de référence. Il est à jour à la date de publication. Ce contenu ne constitue pas un avis juridique et ne doit pas être considéré comme tel. Vous devriez toujours obtenir des conseils juridiques au sujet de votre situation particulière avant de prendre toute mesure fondée sur la présente publication.

MOTS CLES

Autres articles sur le même sujet

Afin de lutter contre des tentatives qui peuvent à terme menacer l’attractivité économique d’un pays, de nombreux gouvernements tentent d’endiguer le phénomène.
Mercredi 6 mai 2020, la Banque Mondiale a déclaré que LEEEC ne serait plus autorisée à participer à des projets financés par elle durant