En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

Lutte anti-corruption : seules 6% des entreprises françaises sont conformes à la loi Sapin 2 selon Grant Thornton

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Grant Thornton Baromètre de la maturité du dispositifs anticorruption conformité en entreprise 2018
Seules 6% des entreprises françaises interrogées se déclarent en complète conformité avec la loi Sapin 2

Grant Thornton a publié en décembre 2018 les résultats de son étude réalisée auprès de 3 000 décideurs (grands groupes et leurs filiales, ETI, PME) 18 mois après l’entrée en vigueur de la loi anti-corruption française. Rappelons pour commencer quelques chiffres marquants :

– seules 6% des entreprises interrogées ont d’ores-et-déjà pleinement rempli leurs obligations pour se mettre en accord avec la loi.

– le niveau moyen d’avancement atteint par les autres entreprises est estimé à 57% de l’objectif, avec une hétérogénéité globale dans le traitement des 8 thématiques majeures de la loi.

– plus de la moitié des entreprises étudiées ont déjà détecté des cas de corruption, alors que 60% déclarent pourtant n’avoir pas finalisé une cartographie des risques satisfaisante au regard de la loi.

– 15% seulement sont conformes concernant leur dispositif d’évaluation des tiers.

En analysant plus finement les réponses et tendances qui se dégagent, il apparaît que le code de conduite, le régime de sanction et le dispositif d’alerte sont des mesures qui n’impliquent pas de changement majeur concernant l’organisation centralisée. Par conséquent, ces dispositifs sont les plus simples à déployer et donc les plus avancés à date.

A l’opposé, les contrôles comptables, les procédures d’évaluation des tiers, la formation et le dispositif de surveillance se révèlent les critères qui ont pris le plus de retard. Plusieurs facteurs expliquent cela selon les auteurs,  avec des thèmes plus complexes qui nécessitent une approche globale en rupture avec l’existant : ils exigent des changements d’organisation, des façons de faire différentes, et l’appropriation de nouveaux outils. Le top-management doit alors créer un véritable élan, de sorte de susciter l’adhésion de l’ensemble des collaborateurs sur le plan opérationnel.

L’influence majeure de la réglementation britannique

Parmi les facteurs externes favorisant un déploiement rapide dans l’entreprise, il est intéressant de noter le rôle  d’accélérateur joué par le UKBA britannique (United Kingdom Bribery Act), assez comparable à la loi française, et à un degré moindre par le FCPA américain (Foreign Corrupt Practices Act), sur les entreprises déjà soumises à l’une ou l’autre de ces réglementations au moment de l’entrée en vigueur de Sapin 2. En revanche, le secteur d’activité d’une entreprise et sa taille ne sont manifestement pas des éléments décisifs dans la mise en place des dispositifs de conformité.

Les entreprises françaises dans leur ensemble, semblent donc ne pas avoir encore perçu, ou alors tardivement, le niveau de contrainte, la sévérité et la portée de la loi. A la lumière des ces chiffres, des menaces préoccupantes pèsent aujourd’hui sur elles au regard des lourdes sanctions que pourrait prendre l’AFA (Agence Française Anticorruption) en charge de promouvoir, contrôler et faire appliquer les dispositifs anti-corruption, et des autres risques encourus.

Le point noir de l’évaluation des tiers

La plupart des entreprises considère l’évaluation des tiers comme le volet du dispositif le plus compliqué à implémenter de par sa  lourdeur et sa complexité. A peine 15%  des entreprises se déclarent donc en conformité à ce jour. La définition même de la notion de tiers peut-être bloquante et uniquement 12 % des entreprises ont prévu de traiter tous leurs tiers ainsi que le recommande l’AFA.
Les autres réduisent le périmètre du dispositif, soit en le limitant à certaines catégories de tiers (le plus souvent les fournisseurs), soit en déterminant un seuil (montant total des transactions avec un tiers) à partir duquel déclencher le processus d’évaluation.

Lire aussi : Relations fournisseurs : quels sont les risques sur les données de l’entreprise ?

SOURCE :

Grant Thornton – 2ème baromètre des dispositifs anticorruption


Mission SKAN1 en France: évaluation ou due diligence sur investisseur potentiel opération M&A LBO - investigation pour analyser les risques de réputation, juridique et financier - pep et exposée politiquement - sanction loi Sapin 2 FCPA et UK bribery Act

Découvrez un exemple de mission traité par SKAN1

Une passion secrète

Un LBO en France qui aurait pu mal tourner sans le recours à notre solution d’évaluation SKAN-III particulièrement adaptée à la pratique M&A

Découvrir le résultat des investigations


MOTS CLES

Autres articles sur le même sujet

Afin de lutter contre des tentatives qui peuvent à terme menacer l’attractivité économique d’un pays, de nombreux gouvernements tentent d’endiguer le phénomène.