En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

Le Secret bancaire suisse de plus en plus chahuté

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
UBS et secret bancaire Suisse risque blanchiment argent et capitaux et financement du terrorisme - il faut le limiter
Les banques suisses limitent les garanties du secret

L’annonce mérite que l’on s’y attarde : Les autorités fiscales suisses ont partagé pour la première fois des détails sur 2 millions de comptes avec d’autres pays dans le cadre des règles sur l’échange d’informations introduites l’année dernière.

« Le secret bancaire était autrefois sacro-saint, même en Suisse, mais aujourd’hui, avec l’entrée en vigueur des accords d’échange automatique d’informations et cette décision, nous constatons une érosion constante », a déclaré Kern Alexander, directeur des finances et du droit à l’Université de Zurich.

Ces dernières années ont été difficiles pour les banques suisses et le respect de la confidentialité. En 2013, les procureurs américains ont ouvert un programme permettant aux banques suisses de lever le secret sur leurs clients américains qui se soustraient à l’impôt en échange d’indulgence de la part des autorités américaines.

Respect de l’article 47 contre les dénonciateurs ?

En vertu de l’article 47 de la loi fédérale sur les banques, promulguée en 1934, toute personne qui divulgue les secrets de ses clients peut être condamnée à cinq ans de prison. Cette règle a été utilisée pour condamner le dénonciateur Hervé Falciani qui a fourni des informations volées sur des clients de HSBC Holdings Plc aux autorités fiscales françaises.

Mais la semaine dernière, la Cour suprême a fixé des limites géographiques claires à l’article 47 lorsqu’elle a confirmé l’acquittement de Rudolf Elmer, un comptable suisse qui travaillait dans une unité Baer aux îles Caïmans. Le tribunal a déclaré que les règles du secret s’arrêtent à la frontière et ne s’appliquent pas aux entités lointaines des prêteurs suisses dans le monde entier.

Extraterritorialité de la loi suisse sur le secret bancaire ?

Les banques suisses s’appuient sur des unités étrangères dans les Caraïbes et les îles Anglo-Normandes pour attirer une clientèle offshore fortunée. Certaines de ces unités sont créées en tant qu’entités domiciliées localement à la fois pour limiter l’exposition légale d’une banque et pour réduire sa facture d’impôt sur les sociétés.

« Ils veulent la responsabilité limitée, les avantages fiscaux qu’offre une telle structure et veulent ensuite l’application extraterritoriale de la loi suisse sur le secret bancaire », explique Kern Alexander.

Autre exemple : UBS est en procès à Paris pour avoir envoyé illégalement des employés suisses de l’autre côté de la frontière pour braconner des clients et blanchir de l’argent non déclaré. La banque zurichoise rejette ces allégations.

D’après l’ancien chef de la Commission fédérale des banques suisse, « Ce n’est certainement pas bon quand quelqu’un s’en sort avec un comportement plutôt malpropre « , dit-il. « S’ils veulent offrir le maximum de protection à leurs clients, ils devront leur dire : « Gardez votre compte en Suisse, nous ne vous donnons plus de compte offshore. Donc ça pourrait même ramener les affaires à la maison. »

Lire aussi : La corruption coûte chaque année 1 000 milliards de dollars en recettes fiscales à l’échelle mondiale selon le FMI

SOURCE


Mission SKAN1 sur plusieurs pays France, Pologne, Suisse et Malte : évaluation ou due diligence sur le plan contentieux partenaire employé fraude escroquerie - risques financiers et juridique - Sapin 2 FCPA UK Bribery Act

Découvrez un exemple de mission traité par SKAN1

Rendez-vous à l’hôtel Suisse

Notre client a recours à la solution d’évaluation SKAN-III pour confondre des dirigeants de filiale soupçonnés de fraude à la surfacturation avec des fournisseurs

Découvrir le résultat des investigations


MOTS CLES

Autres articles sur le même sujet

Afin de lutter contre des tentatives qui peuvent à terme menacer l’attractivité économique d’un pays, de nombreux gouvernements tentent d’endiguer le phénomène.
Mercredi 6 mai 2020, la Banque Mondiale a déclaré que LEEEC ne serait plus autorisée à participer à des projets financés par elle durant