En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

Un nombre croissant de pays exposés au blanchiment d’argent

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Lutte contre le blanchiment d'argent capitaux 23 pays africains
Les états face au blanchiment d’argent

De plus en plus de pays présentent des risques accrus d’exposition au blanchiment d’argent, selon un classement annuel de l’AML Index édité par le Basel Institute on Governance.

L’Institut de Bâle sur la gouvernance, qui a publié cette semaine la septième édition de son indice sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, a déclaré que 83 pays, soit environ les deux tiers des pays de l’indice, ont un score de risque supérieur à 5,0 et sont donc classés comme présentant un risque significatif de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Selon l’étude, plus de 40 % des pays ont des notes plus élevées qu’en 2017.

Des lois peu appliquées

L’aspect le plus préoccupant du rapport, selon l’institut, est que les pays n’appliquent pas les lois qu’ils ont en place pour lutter contre le blanchiment d’argent.

« Les gouvernements cochent peut-être les bonnes cases en termes de conformité formelle, mais en réalité[ils] négligent l’application des lois et des mesures visant à prévenir et à combattre le blanchiment d’argent et les crimes financiers connexes », a déclaré Gretta Fenner, directrice générale du Basel Institute, dans un communiqué.

L’Institut souligne toutefois que l’indice n’évalue pas le montant réel des fonds financiers illicites qui transitent par un pays.

Selon l’indice, le Tadjikistan a été le premier pays à présenter un risque de blanchiment d’argent cette année, suivi du Mozambique, de l’Afghanistan, du Laos et de la Guinée-Bissau. Aucun pays n’est à risque zéro de blanchiment d’argent. Selon l’indice, les pays les moins exposés sont la Finlande, l’Estonie, la Lituanie, la Nouvelle-Zélande, la Macédoine et la Finlande.

Le cas Danois en question

Par rapport aux années précédentes, l’indice indique que le Danemark présente un risque accru de blanchiment d’argent.

Le Scandale autour de la Danske Bank AS, « semble confirmer l’observation selon laquelle l’efficacité de la supervision du blanchiment d’argent dans les pays généralement considérés comme peu risqués pose de gros problèmes », indique le rapport.

Lire aussi : Madagascar dispose désormais d’une loi contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

SOURCE


Mission SKAN1 en Indonésie: évaluation ou due diligence sur investisseur potentiel opération M&A - investigation pour analyser les risques de réputation, juridique et financier - pep et exposée politiquement - sanction loi Sapin 2 FCPA et UK bribery Act

Découvrez un cas similaire traité par SKAN1

Une affaire de famille

En Indonésie, la solution d’évaluation SKAN-III vient au secours d’un client concernant la conformité d’une opération de M&A sur fond de conflit d’intérêts

Découvrir le résultat des investigations


MOTS CLES

Autres articles sur le même sujet

Afin de lutter contre des tentatives qui peuvent à terme menacer l’attractivité économique d’un pays, de nombreux gouvernements tentent d’endiguer le phénomène.
Mercredi 6 mai 2020, la Banque Mondiale a déclaré que LEEEC ne serait plus autorisée à participer à des projets financés par elle durant