En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

Le partage par les banques des données sur la criminalité financière soulève des questions d’éthique

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Les banque et la problématique de Fraude, blanchiment d'argent, corruption, éthique et criminalité à l'échelle internationale
Les banques face aux problématiques d’éthique et de compliance

Comme l’a rappelé le Wall Street Journal, les banques, les organismes de réglementation et les organismes d’application de la loi échangent davantage de renseignements par l’entremise de réseaux d’échange de données. Leur objectif :  prévenir le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Au fur et à mesure que la pratique s’étend, les risques de mauvaise manipulation des données augmentent également.

Des partenariats de partage de l’information sont en train de voir le jour dans le paysage financier mondial. Le Royaume-Uni fait figure de pionnier de cette pratique depuis 2015. De nouveaux partenariats ont été lancés à Singapour, aux États-Unis et en Australie l’an dernier. Les Pays-Bas, Hong Kong et Europol, l’organisme chargé de l’application de la loi, mènent des programmes pilotes dans le but de créer des centres d’échange de renseignements sur la criminalité financière.

Les partenariats évoluent comme un moyen de partager les tendances de la criminalité sans fardeau réglementaire. Mais à mesure que de plus en plus de données sont recueillies, ces groupes sont confrontés à des questions éthiques, de protection de la vie privée, de divulgation et de conflit d’intérêts. Ces remarques ont été soulevées par les experts qui se sont réunis la semaine dernière lors du Symposium international sur la criminalité économique à l’Université Cambridge.

Source : WSJ

MOTS CLES

Autres articles sur le même sujet

Exemple de mission M&A

Un LBO en France qui aurait pu mal tourner sans le recours à notre solution d’évaluation SKAN-III particulièrement adaptée à la pratique M&A

> En savoir plus

"SKAN1.fr accompagne toutes les entreprises pour leur permettre d’apprécier les opportunités, mais aussi les menaces liées à leur environnement d’affaires et de réduire les risques de non-conformité en cas de contrôle de l’AFA."