En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

Les banques accentuent leur attention sur le risque non-financier

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
risques financiers et non financiers oprisk 2018
Conférence Oprisk 2018

Lors de la dernière conférence OpRisk 2018, plusieurs représentants d’organismes et régulateurs financiers s’accordaient à améliorer leur organisation en matière de management du risque, en nommant des managers dédiés aux risques non-financiers.

Des grands acteurs bancaires, dont Deutsche Bank, UBS, Credit Suisse ou encore Banco Santander, n’ont pas caché leur interêt sur ce domaine.

Certains banquiers n’hésitent pas à préciser que le risque non-financier pourrait très prochainement dépasser le Credit Risk en terme d’importance.

Selon certains participants « la prochaine crise {financière} sera issue d’une combinaison de risques financiers et non financiers. Les risques sur les liquidités, opérationnel, réputationel mis ensembles vont créer des perturbations de marché.  » et d’ajouter : « disposer d’un groupe de professionnels qui suivent ces évènements pourraient mieux nous protéger ».

Source : Risk.net (ENG)

MOTS CLES

Autres articles sur le même sujet

Aux Etats-Unis, on peut observer, depuis le début 2020, que les entreprises mettent en œuvre tous les moyens disponibles pour assurer correctement sur le
En 2003, mon associé dans le fonds « DFJ Frontier Venture Capital» a identifié une start-up technologique extrêmement intéressante. Cette opportunité d’investissement semblait incroyable

Exemple de mission M&A

Un LBO en France qui aurait pu mal tourner sans le recours à notre solution d’évaluation SKAN-III particulièrement adaptée à la pratique M&A

> En savoir plus

"SKAN1.fr accompagne toutes les entreprises pour leur permettre d’apprécier les opportunités, mais aussi les menaces liées à leur environnement d’affaires et de réduire les risques de non-conformité en cas de contrôle de l’AFA."