En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

35% de la valorisation boursière d’une société est directement liée à sa réputation

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
AMO réputation notoriété 35% valorisation société cotée en bourse
Les 9 critères pour évaluer la réputation d’une entreprise et leur poids respectif
(Source : AMO Strategic Advisor)

Incertitudes géopolitiques, globalisation des échanges, digitalisation du business, guerre économique, pression réglementaire, dérèglement climatique… Dans un monde à la complexité croissante, les marchés boursiers font planer la menace d’une instabilité permanente et de retournements fréquents. Les investisseurs sont par conséquent de plus en plus sensibles à la réputation des entreprises, un des remparts les plus efficaces contre la dépréciation des cours.
Sur un an, d’avril 2018 à mars 2019, la valeur de la réputation des groupes cotés étudiés a ainsi progressé de 2,1% quand la capitalisation boursière totale a reculé de 0,4%. .

À en croire la dernière étude « What Price Reputation ? » réalisée par AMO (Havas), l’un des tous premiers réseaux mondiaux de communication corporate et financière, la réputation des entreprises concernées contribue aujourd’hui à hauteur de 35,3 % de la capitalisation boursière totale des 15 principaux indices boursiers mondiaux, soit un montant total 16,77 billions de dollars (voir graphique). C’est légèrement plus pour le CAC 40 à 38%. En d’autres termes, la réputation des entreprises est devenue un facteur clef dans la valorisation boursière de ces dernières.

Pendant un an, AMO s’est penché sur le profil de 1.611 sociétés cotées, notamment aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Russie et en Chine. Cette étude est instructive à plusieurs égards, et selon son auteur Simon Cole, « l’influence » de la réputation va même continuer de croître :

  • Sur les 9 critères retenus qui contribuent à évaluer la réputation d’une entreprise, l’influence du trio composé de la valeur de l’entreprise en tant qu’investissement à long terme, de la qualité de l’équipe dirigeante et de la solidité financière l’emportent largement sur l’innovation, la qualité des produits et des services ou encore la responsabilité sociétale d’entreprise.
  • En travaillant donc sur un petit nombre de critères précis, l’entreprise peut améliorer sensiblement sa réputation, ce qui lui permet au passage d’obtenir un meilleur retour sur investissement de sa stratégie de communication.
  • L’impact de la réputation varie selon les pays. Par exemple, pour le FTSE 100 britanique, la réputation contribue à hauteur de 47 % à sa capitalisation boursière globale. Inversement, elle ne contribue qu’à hauteur de 13,8% pour l’indice RTS du marché russe, soit la contribution moyenne la plus faible parmi les 15 indices analysés.
  • La valorisation boursière de près de huit entreprises sur dix (79%) a été positivement influencée par une réputation favorable sur cette période, alors que 21%, des entreprises cotées qui font partie de l’étude ont si mauvaise réputation que celle-ci érode leur capitalisation. Il y a donc un potentiel de croissance important sur la valorisation de l’entreprise pour toutes celles qui déploient une gestion appropriée de leur réputation.
  • Le secteur technologique bénéficie d’une prime de réputation moyenne de plus de 43 % par rapport à la valeur générée par les seuls paramètres financiers. Inversement, les secteurs du gaz et du pétrole ne recueillent qu’une hausse modéré de 25,2 % de leur capitalisation grâce à leur valeur réputationnelle.
  • Enfin, pour les entreprises qui jouissent aujourd’hui d’une contribution de réputation supérieure à la norme de l’industrie, elle met en évidence le risque encouru si elle subissait une pression ou un recul.

En conclusion, lorsque les temps sont durs, ce sont les entreprises dont la réputation est plus solide et plus équilibrée qui surmonteront la tempête le plus efficacement, protégeront la valeur de leurs avoirs et s’imposeront in fine.
Cela signifie qu’il est essentiel pour les dirigeants de toute société cotée en bourse de comprendre les éléments qui contribuent le plus à la protection et à la valorisation de la réputation de leur entreprise. Et d’agir en conséquence.

SOURCES


Mission SKAN1 au Brésil : évaluation ou due diligence sur le plan contentieux journaliste - investigation pour analyser risques réputation et financiers

Découvrez un exemple de mission traité par SKAN1

Mais qui est-ce ?

Afin de préserver sa réputation, ce client utilise la solution SKAN-Investigation pour tirer au clair les attaques dont fait l’objet dans les médias une de ses participations au Brésil.

> Découvrir le résultat des investigations


MOTS CLES

Autres articles sur le même sujet

20 ans après l’entrée en vigueur de la convention, ce rapport montre que le défi de la lutte contre la corruption transnationale reste entier.
La lutte contre la corruption pourrait générer environ 1 trillion de dollars (760,23 milliards de livres sterling) de recettes fiscales supplémentaires chaque année dans
Plus de 7 000 cas présumés de blanchiment d’argent liés à des crypto-monnaies ont été signalés à la police en 2018, a déclaré jeudi

Exemple de mission M&A

Un LBO en France qui aurait pu mal tourner sans le recours à notre solution d’évaluation SKAN-III particulièrement adaptée à la pratique M&A

> En savoir plus

SKANAi accompagne toutes les entreprises pour leur permettre d’apprécier les opportunités, mais aussi les menaces liées à leur environnement d’affaires et de réduire les risques de non-conformité en cas de contrôle de l’AFA.