En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.

FIFA : Le Credit Suisse n’a pas respecté ses procédures de lutte contre le blanchiment d’argent

Partager sur print
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Credit Suisse FIFA FINMA
Anti-blanchiment : Credit Suisse AG et la FIFA dans le viseur de la FINMA

Le Credit Suisse AG n’a pas respecté ses procédures de lutte contre le blanchiment d’argent dans ses relations avec l’instance dirigeante du football mondial (FIFA) et les entreprises pétrolières d’État brésiliennes et vénézuéliennes, a déclaré la régulatrice financière suisse Finma.

La FIFA, Petroleos de Venezuela SA et Petroleo Brasiliero SA ont connu des défaillances à plusieurs reprises au fil des ans, selon la Finma. Dans les trois cas, le Credit Suisse n’a pas réussi à identifier correctement le client, à déterminer son bénéficiaire effectif, à catégoriser la relation comme présentant un risque élevé, à renforcer la diligence raisonnable ou à documenter ses efforts.

Le régulateur a également constaté que la banque était « trop lente à identifier et à traiter » un client politiquement exposé comme un risque, ne respectant pas ses obligations accrues de diligence raisonnable envers la personne. Le directeur opérationnel concerné, qui n’a pas été cité par l’organisme de réglementation, avait enfreint à plusieurs reprises les politiques de conformité de la banque pendant des années.

Dans sa réponse, la banque a déclaré qu’elle avait « pris acte des conclusions » de Finma « dans le cadre d’un examen en cours des affaires existantes dans l’ensemble du secteur bancaire suisse ».

Source : WSJ.com (ENG)

et FINMA.CH (FR)

MOTS CLES

Autres articles sur le même sujet

Exemple de mission M&A

Un LBO en France qui aurait pu mal tourner sans le recours à notre solution d’évaluation SKAN-III particulièrement adaptée à la pratique M&A

> En savoir plus

SKANAi accompagne toutes les entreprises pour leur permettre d’apprécier les opportunités, mais aussi les menaces liées à leur environnement d’affaires et de réduire les risques de non-conformité en cas de contrôle de l’AFA.